Bas

JARJATTE

Retour à la page d'accueil  Retour aux C. R. Randos

 Traces aux formats Lauzon Charnier.trk, Lauzon Charnier.gpx 
                              Aubeyron. trk, Aubeyron.gpx                    Diaporama

Date : 14-15/05/11 Difficulté : Moyenne
Accompagnateur : C. Malbois Coordonnées UTM :  
Participants : 15 Départ :  
Longueur :   Pique Nique :  
Dénivelée :   Autres :  

Compte-rendu technique Lauzon Charnier :

Explication sommaire; données exprimées en UTM  VGS 84, carroyage bleu des cartes IGN TOP 25.

Randonnée en boucle.

Départ du bâtiment de départ du téléski sur le GR 94 position : (31T 0718517 4950571) , aller jusqu'au point (31T 0718930 4950329) prendre le sentier balisé jaune à gauche, le suivre continuellement, traverser le Buëch à gué, au point (31T 0721286 4952596), poteau directionnel, monter dans le vallon Fléyrard jusqu'aux cabanes du Fleyrard (31T 0722323 4953065) , prendre la trace en montée azimut moyen 30 °, monter au lac du Lauzon, puis retrouver le GR 93 et monter au col du Charnier (borne et poteau).

Ensuite revenir sur ses pas , suivre le GR 93 jusqu' au Col de la Croix, altitude 1497 m, abandonner le GR 93 et prendre le sentier en descente, tour du Dévoluy , pour retrouver le point de départ.

Nota : cette boucle est très bien balisée sur tout son parcours.

 C. Malbois

Compte-rendu technique Aubeyron :

Explication sommaire; données exprimées en UTM  VGS 84, carroyage bleu des cartes IGN TOP 25.

Randonnée en boucle.

 Départ du parking de la gare SNCF de Clelles, suivre les panneaux Trésanne, après le passage sous le viaduc de Darne, monter le chemin, puis au point précis (31T 0704744 4967480),  (A) , prendre le sentier à droite, azimut moyen 50° sur 1,6 km , à la ferme « Chalabaud » changer de cap, prendre à gauche un large sentier en montée qui longe un gazoduc, azimut moyen 353° jusqu'au point (31T 0705403 4970835), prendre le sentier au dessus d'une carrière en sous bois en montée soutenue, azimut 260° pour arriver au col de Papavet après une passière et une source ; ensuite descendre directement sur le village de Trésanne, au point (31T 0703947 4968822) prendre à gauche, pas de l'escalier pour retrouver le point, (A), et rentrer par le chemin inverse.

Nota : cette boucle est très bien balisée sur tout son parcours.

C. Malbois

Compte-rendu :

Le joli mois de mai est arrivé, c'est le début des sorties distantes et le moment attendu par quelques uns d'entre nous, d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs, mais surtout de changer de paysages et de passer un peu plus de temps ensemble !

Cette année, nous allons commencer par les montagnes qui marquent la frontière entre la Drôme et l'Isère au niveau du col de la Croix Haute ; une grande excursion pédestre au fond du vallon de la Jarjatte, puis une autre un peu plus facile au pied du fantastique Mont Aiguille.

L'hébergement choisi est un superbe gîte situé dans le hameau de la Jarjatte, juste au pied des remontées mécaniques de la petite station de ski du même nom, ce gîte est à recommander à tous ceux qui aiment le confort, la gentillesse et la bonne chair, les hôtes sont vraiment véritablement accueillants et compétents et ont une part active dans la réussite de notre séjour.

Nous commençons tout de suite après l'accueil et l'installation, par nous détendre, qui en lisant, ou en faisant une partie de tarots, accessoire indispensable à la randonnée de plusieurs jours, cet après midi de dimanche est aussi pour l'accompagnateur le moment de scruter le ciel et de prier les dieux pour que demain soit un jour faste, car pour l'instant la vision du ciel est tout à fait incertaine, bruine, brouillard et vent, le cocktail n'est pas très digeste !

Mais demain est un autre jour !

Il est convenu que nous partirons tôt, petit déjeuner dès 7 heures pour un départ à 8 heures précises, le guide j'en suis sûr, est debout dès 6 heures pour appeler la météo et pour observer le ciel ; il fait très frais 4° C au thermomètre, un vent non négligeable mais certainement une amélioration sensible des conditions et surtout pas de pluie.

Les brumes se déchirent sur la crête des aiguilles, et de larges pans de soleil commencent à éclairer les forêts alentour, nous voilà partis !

Nous démarrons sur le GR® 94 que nous allons très vite laisser pour un beau sentier à flanc de montagne, qui a la particularité de traverser le plus méridional « permafrost » d'Europe au niveau de « la combe obscure » et ou une flore complètement différente se développe protégée par une zone de biotope, puis ce sera le passage sous le pierrier de Morgioux surplombé de son impressionnante barre rocheuse, la rencontre avec le berger qui prépare le pacage de ses vaches, ensuite la descente dans le lit du Buëch naissant, sa traversée à gué et le début des affaires sérieuses par la montée du ravin de Fleyrard, mise en jambes obligatoire avant la suite !

Enfin les cabanes de Fleyrard, deux constructions d'époques différentes, dont une équipée de panneaux solaires en guise de marquise, une belle source captée dans le torrent local, ces deux bâtisses sont construites juste au bas d'une ancienne moraine qui va constituer le plat de résistance du jour, de 1584 m à 1993 m en 700 m de distance ! Calculez le pourcentage !

On voit tout là-haut le déversoir du lac du Lauzon qui est l’un des buts à atteindre, et l'endroit prévu du pique nique, le guide laisse le choix du rythme à chacun d'entre nous. Lui fera le serre file et observera les lièvres et les tortues et au besoin aidera sa troupe (rassurer vous, c'est qu'il est aussi fatigué que les autres !)

Les premiers véloces feront le parcours en 40 minutes et les derniers en un peu plus d'une heure, mais surtout, bravo à toutes et à tous !

Le Lac du Lauzon est bien là, de petits tritons alpestres se dégourdissent gentiment et font le plaisir des humains, qui eux ont le plaisir de pouvoir se restaurer, le soleil est bien là, mais la fraicheur persiste, et la pause va vite se réduire, pour ensuite aller trouver un endroit plus tempéré ; ce sera au fond du cirque, sur une grosse pierre plate bien protégée du vent !

Qui veut monter au col du Charnier, un des passages sur le GR®93 pour la montée au Grand Ferrand ?

Quelques volontaires dont deux filles motivées, les autres bullent au soleil et gardent les sacs, la montée est effectuée en 20 minutes, paradoxalement il fait meilleur juste après le col qu'au bord du lac, effet de vague éolienne ?

Nous n'allons pas plus loin, redescente facile vers les copains, puis nouveau départ par le col des Aurias ses pierriers impressionnants sous la Tête du Lauzon, puis la descente dans l'alpage vers le col de La Croix, le sentier qui descend dans les fayards dans la côte Buëch et enfin la route et le sol plat vers le hameau de la Jarjatte, la douche, la bière ou le thé, la convivialité du lieu le souper et un bon dodo réparateur...

Nous verrons demain, ce soir, ça suffit, 19 km et 1350 m de dénivelée.

Pour l'instant, clairette pour tous, Huguette fête la naissance de Camille sa deuxième petite fille, les enfants ont eu le choix du roi !

 

Le lendemain.

 

Personne n'a râlé hier pour le déjeuner matinal alors on recommence toujours 7 h mais ce coup-ci nous ne rentrons pas au gîte, il faut libérer la place et embarquer les bagages, sans rien oublier, même pas les bâtons !

Cette deuxième randonnée aura lieu de l'autre côté du col de la Croix Haute, au départ de Clelles en Isère, le but étant de s'approcher au plus prés du « Mont Aiguille », point de départ de l'alpinisme en France, pour satisfaire la royauté solaire en 1400 et quelque, je n'ai plus l'exactitude de la date !!

La gare de Clelles sera le point de départ de la randonnée de ce deuxième jour.

Nous traversons la campagne bucolique, entre haies de buis et champs d'orge et autres graminées, pour plonger par un joli sentier ou poussent force brins de muguet et autres campanules, pour passer sous le viaduc de la Darne, et bientôt trouver un joli sentier à flanc de colline, avec toujours une vue sur la plaine du Trièvres, nous poursuivons sur ce bon sentier facile qui plus tard va longer un gazoduc, direction Saint Michel des portes que nous voyons mais n'atteindrons pas, hé oui, il faut monter au col de Papavet et ça n'est pas chose facile, une vraie grosse montée dans la forêt, d'environ 1,5 km qui va nous faire passer de 810 m à 1140 m en traversant une passière entre le rocher de l'Aigailette et le rocher de Tetéla.

Enfin voici le col, et en pleine face nous voyons le formidable édifice qu'est le Mont Aiguille, monolithe de presque 400 m de haut, accessible seulement par les alpinistes équipés de cordes, crampons et autres accessoires, au passage, ayons une pensée pour les premiers qui ont été (presque forcés par le Roi) d’effectuer son ascension !

C'est à cet endroit que la pause de midi se fait, panorama unique, pas de vent, soleil ou ombre selon le goût de chacun, puis c'est le départ vers la vallée, le petit village de Trézane, sa belle chapelle avec son toit de chaumes, ses pâtures, ses grasses prairies où des vaches rousses allaitent leur progéniture, bucolique vraiment !

Puis c'est le pas de l'escalier, en descente, pour retrouver le viaduc de Darne et la gare de Clelles, après une visite à la laiterie du mont Aiguille, c'est le retour dans les Baronnies et notre point d'attache permanent, le pot de l'amitié traditionnel, et la rentrée à la maison avec le sentiment de deux belles journées passées ensemble !

 

Clément Malbois.

Photos : C. Formet

Si vous disposez de Google Earth, vous pouvez visualiser la trace en 3D.

Si vous disposez de Google Earth, vous pouvez visualiser la trace en 3D.

 

Haut