Tour des Dents du Midi

Compte-rendu technique :

Néant.

Compte-rendu :

Quatre jours de randonnée du 3 au 7 septembre 2014, pour faire le Tour des Dents du Midi, dans le Valais suisse, au-dessus de Monthey.
Les Dents du Midi sont un massif calcaire qui culmine à 3200m, juste au sud du Lac Léman et dont le tour est une grande randonnée classique en Suisse.
Nous voilà donc partis de Buis et du Vaucluse, ce mercredi 03 septembre pour un séjour itinérant, de cabane en cabane suisses. Mais attention, une « cabane suisse » est en réalité une auberge d'alpage, ou un refuge de qualité.
Les 9 compères de Randouvèze, sous la conduite de Georges (Georges 1er, baptisé ainsi car nous avions un autre Georges !), vont ainsi faire le tour de ce joli massif alpin, à caractère dolomitique, en 4 étapes, pour parcourir 58km avec 3000m de dénivelée.
Nous avions choisi de tourner dans le sens contraire des aiguilles d'une montre pour des raisons de disponibilités dans les cabanes ; et bien nous en prit, car certains passages avec main courante et vide au-dessus de cascade ou descente de pilier pierreux se sont ainsi révélés plus aisés.
Nous avons croisé et nous sommes fait doubler par des trailers, hommes et femmes (d'ailleurs de jeunes femmes damant souvent le pion à leur compagnon de course !) : ils ne s'entraînaient pas pour le Trail des Baronnies, mais pour le Trail Tour du Midi, pour ce 19 septembre prochain ! Le record du Tour est à hauteur de 6h !!
Nous avions anticipé les paiements des refuges, en espèces euros. Les taux de change pratiqués différemment chaque soir et le rendu de la monnaie en Franc suisse, nous ont obligé à quelques ruses monétiques pour payer nos consommations personnelles,...sans reparler de Christine et des 26 centimes d'euros (les participants comprendront !).
L'itinérance est un mode de randonnée différent des randos en boucle. Il permet de souder un groupe, de découvrir chaque soir un nouvel hébergement. Après 4 jours, nous avions oublié nos téléphones rangés au fond du sac, et nous avions réellement approché une nouvelle vie.
De retour à Buis, la séparation ne put se faire qu'après un excellent carpaccio ou pizza partagés encore ensemble, dans la chaleur de ce dimanche soir, loin des clarines qui berçaient nos étapes.
F. Guerbette

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.