Roussillon

Date : 20/03/14 Difficulté : Facile
Accompagnateur : B. Dubesset
Coordonnées UTM :
Participants : 45 Départ : 31T 0684275 4863394
Longueur :  13 km Pique Nique :
Dénivelée : 400 m Autres :
Carte IGN TOP 25 n° :  3142 OT
Position par rapport à Buis-les-Baronnies :  65 km S

 

Commentaires techniques :

Néant.

Compte-rendu :

Aujourd'hui 20 mars, c'est le 1er jour du printemps et le jour choisi pour une randonnée très "colorée". En effet Bernard nous propose de découvrir ou redécouvrir le beau village perché de Roussillon et son Sentier des Ocres.
Les Ocres ! Elles se méritent, car si les routes pour y aller ne manquent pas, pour les nauséeux de la voiture, quelque soit le parcours emprunté, ça tourne, ça tourne...mais la récompense est au bout du chemin, sur le parking des Ocres, avec en prime une très belle vue du village qui aujourd'hui accueille son marché hebdomadaire.
Une bonne surprise nous attend à l'arrivée : nos amis de Ferrassières sont là et il se trouve qu'un des cousins de Reine, André, est adjoint à la mairie de Roussillon. Il se propose de nous guider tout au long de cette journée et, cerise sur le gâteau, nous offre la gratuité du parking.
La longue file des randouvéziens (45 personnes) s'ébranle enfin vers 9h45 sur le sentier très bien balisé. Le soleil est un peu avare de ses rayons mais c'est quand même une belle palette de couleurs qui s'offre à nous.
André nous explique le rôle joué par le roussillonnais Jean Etienne Astier . Celui-ci "eut l'idée, à la fin du XVIIe siècle, de faire passer le sable dans des bassins de décantation pour en extraire l'ocre. Il le fit ensuite cuire pour en garder les propriétés colorantes".
Durant tout le 19ème siècle, l'exploitation de l'ocre connaîtra un essor considérable jusqu'à atteindre une production annuelle de 40.000 tonnes. Dès le début du 20ème siècle s'amorcera un long déclin suite à l'arrivée progressive des colorants synthétiques. Aujourd'hui la production annuelle est de 2.000 tonnes. Il n'existe plus qu'une seule Société de Production en France à Gargas qui commercialise son ocre à Apt.
Néanmoins, l'utilisation des enduits naturels reste une obligation dans le village de Roussillon, ce qui lui confère, sans doute, cette couleur exceptionnelle pour le plus grand plaisir des yeux.
André qui connaît bien son secteur propose ensuite de prolonger notre balade par une visite aux alentours du village. Après un passage bitumé, nous voici à nouveau au milieu des ocres et les amateurs de photos s'en donnent à cœur joie pour trouver et la meilleure photo, et le meilleur angle de vue et le meilleur éclairage etc... Dommage que cette balade tranquille ait été ternie par les gesticulations "verbales" d'un habitué du coin, armé d'un bâton, sans doute un peu énervé que l'on trouble sa tranquillité : 45 personnes qui défilent devant lui, cela lui est insupportable. Les paroles d'apaisement n'y feront rien et nous n'insisterons pas.
Pour déjeuner, nous trouvons un beau replat de pierre, bien commode pour nous installer. Nous découvrons que Francis, notre célèbre belge, a transporté pour nous quelques bouteilles afin de célébrer son année de plus. Si les bulles ne pèsent pas lourd, il n'en n'est pas de même pour les bouteilles mais qui connaît Francis sait de quoi il est capable !
Après cette halte nous voilà repartis sur les sentiers tantôt en sous-bois, tantôt longeant les vignes et toujours ces monticules ocrés aux formes si variées. Selon l'imagination de chacun, on y voit masque, tête de chat etc...
Puis le village réapparaît et c'est la fin de notre parcours "découverte", mais pas tout à fait, car il reste les rues du village et au soleil couchant cela vaut le détour. Dommage l'horizon est trop peu dégagé pour profiter pleinement du panorama depuis la table d'orientation. Et bien nous reviendrons.
Un grand merci à Bernard et aussi à André qui nous a consacré cette journée.
Les randouvéziens ont apprécié.
Ch. Formet

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.