Saumane-de-Vaucluse

 

Date :  19/02/2015 Difficulté : Modérée
Accompagnateur : C. Malbois
Coordonnées UTM :
Participants : 26
Départ :

31T 0669156 4867213

Longueur : 19,5 km Pique Nique :
Dénivelée : 800 m Autres :
Carte IGN TOP 25 n° : 3142 OT
Position par rapport à Buis-les-Baronnies :  60 km S

 

Commentaires techniques :

 La trace présentée en seconde page a été corrigée des errements imprévus !

Compte-rendu :

Où la préparation d'une randonnée est primordiale pour un accompagnateur, même le plus aguerri !
L'histoire qui suit restera longtemps dans la mémoire de celui du jour.

Tout commence à merveille... Ce jeudi s'annonce sous les meilleurs auspices, beau temps ensoleillé, température douce en journée, pas de vent : tous les ingrédients sont réunis pour une belle randonnée.
Mais, mais,mais ; tout le monde est au rendez-vous, sauf l'accompagnateur prévu au programme ; il arrive enfin, dans son véhicule, hirsute et hagard, la mine défaite.
- Salut B... il est temps que tu arrives, que se passe t' il ?
- J'ai la crève, mal à l'estomac, j'ai du bouffer une saleté, je remonte me mettre au lit !
- Mais qui va mener la rando du jour ?
- Hé ben, toi bien sûr !
Et il me donne en vrac une photocopie de piètre qualité de sa carte, crayonnée au feutre orange, du parcours qu'il à prévu, son GPS dont je ne sais pas me servir , les talkies-walkies dont les piles ne sont pas contrôlées.
- Allez, bye bye, je remonte à la maison me mettre au lit !
Ben, mince alors, que fait-on, pense le nouveau détenteur de la carte pourrie, je ne vais pas me dégonfler, on y va !
Les randonneurs présents s'interrogent :
- C'est où Saumane ? En fait, il y a trois Saumane dans notre région, un dans le Vaucluse, un dans le Gard et le dernier dans les Alpes de Haute Provence. Nous allons en fait à Saumane-de-Vaucluse, parking du château. Ah bon !
Nous récupérons au passage une randonneuse qui a failli rester sur le bord de la route, et pour couronner le tout une jeune randonneuse qui vient « essayer » Randouvèze .
Nous retrouvons nos amis vauclusiens au lieu de rendez-vous, embrassades, préparation des effets de randonnée, et hop ! Nous voilà partis, il est déjà 10 h du matin !
Le début se déroule bien, le sentier balisé en jaune est très joli, même si des arbres abattus par les vents violents de ces derniers jours, sont couchés en travers du sentier et nous barrent le passage à plusieurs reprises. Plus tard, quelques carrefours mal représentés sur la vieille carte nous obligent à quelques aller et retour, augmentant le nombre de kilomètres prévus ; qu'importe il fait beau et nous ne sommes pas pressés, de plus, la piste est en descente douce, toute droite bien entretenue et nous conduit directement à la partie facile et insolite pour des marcheurs habitués aux pentes du Ventoux, à savoir, le "Canal de Carpentras". Nous le suivons sans encombre, sur la levée, par un sentier nettoyé de fraîche date, le balisage est impeccable et le parcours plat, propice à une rapide progression. Le temps fort est le passage sur l'aqueduc qui enjambe la vallée de la Sorgue naissante, avec ses barrages et ses ramifications, un vrai bonheur visuel !
Mais, les questions fusent : où sont les dénivelées annoncées sur le programme ? Quand mange-t-on ? Aura-t'on une belle vue et du soleil ? Classique quoi !
Il est 13 h, stop, pour le casse-croûte auprès d'un tumulus qui domine à 221 au dessus de la vallée de la Sorgue.
Puis la randonnée continue, passage obligé, pour voir la résurgence de la « Fontaine de Vaucluse » en pleine crue d'eau limpide, l'eau atteint presque le niveau le plus haut, à deux doigt du fameux figuier cité par Frédéric Mistral, dans Mireille.
Puis les choses se corsent, les montées sérieuses sont là, agrémentées d'une multitude de croisements, d'étagement de restanques, de sentiers sinueux et improbables, carte photocopiée reste toujours aussi approximative, qui aurait la carte Top 25 du coin ?
Heureusement, Daniel, dans sa grande sagesse, s'est muni de la bible du randonneur, la fameuse carte du coin : la 3142 OT, Ouf !
Après quelques errements dans les « Rocher de l'homme mort » (prédilection?) ou les « Baumes rouges », après quelques réprimandes envers les gazelles, mâles ou femelles, qui marchent trop vite, mais qui ne savent pas où elles vont, après descentes et montées, talwegs et croupes, nous voici revenus à Saumane de Vaucluse. Nous traversons ce très beau village et enfin retrouvailles avec les véhicules, il y a plus de fourbus que de frais comme des gardons, tout fini bien naturellement, l'accompagnateur n'a perdu personne, malgré l'amateurisme de l'exercice du jour !
Morale de cette histoire : quand vous menez un groupe, mettez toutes les chances de votre côté, appliquez « IPECA », cher aux sacro-saints enseignements de la FFRandonnée, et tout ira bien !
Ce fut malgré tout une belle randonnée.
P.S. : La randonneuse venue "essayer" Randouvèze est arrivée bien fatiguée mais heureuse de son expérience. Elle semble prête à s'engager dans notre chère association !
Autre morale : « Essayer Randouvèze, c'est l'adopter ! »

C. Malbois

 

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.