Les Mélettes - Chalet Reynard

 

Date : 17/03/2016 Difficulté : Modérée
Accompagnateur : H. Pagnier
Coordonnées UTM :
Participants : 16
Départ : 31T 0683677 4889507
Longueur : 13,5 km Pique Nique :
Dénivelée : 590 m Difficulté IBP index :
Carte IGN TOP 25 n° :  3140 ET
Position par rapport à Buis-les-Baronnies : 46 km S

 

Commentaires techniques :

 

Compte-rendu :

« Tombe la neige, elle ne viendra pas ce soir...», chantait Adamo... Et pourtant 16 Randouveziens sont là ! Quelle saison improbable ! Il n’y eut point d’hiver, ou si peu, et nous voilà les pieds dans la neige à quelques jours du printemps, alors que les arbres fruitiers sont en fleur et que les orchidées envahissent les talus ! Cela nous vaut de belles vues en chemin : le Ventoux d’une blancheur étincelante, toile de fond majestueuse à de magnifiques amandiers ou cerisiers... Profitons du spectacle de la nature et de ses paradoxes.

En tout cas, notre meneur, Henri, ne l’a pas nié : cette sortie ne pourra pas suivre l’itinéraire prévu tant la neige tombée la veille a brouillé les pistes. Il improvisera donc pour que nous prenions plaisir à le suivre sur les pentes du Ventoux Sud. Le parking des Mélettes, notre point de départ, est recouvert d’une vingtaine de centimètres de neige et les Randouvèziens ont pris le parti d’affronter ces conditions inhabituelles... sans raquettes ni équipements. Soyons fous avec Henri, pas niais mais conscients de la difficulté qui nous attend.

C’est parti, rejoignons la piste du Jas des Mélettes (GR 91B jusqu’au poteau de Roussas)) qui nous mènera dans le Vallon des Pointes. Cette longue montée se fera à belle allure compte tenu de la couche de neige qui s’épaissit au fur et à mesure que le sentier s’élève. Henri fait la trace sans défaillir. Bien entendu, le paysage est féerique et les arbres ploient sous le poids (cliché archi-usé, mais cela marche toujours)... Certain(e)s espiègles ne manqueront pas de provoquer la chute intempestive de flocons qui, scintillant dans les rayons du soleil, iront s’immiscer malicieusement dans le col des blousons. Du blanc, du blanc et un ciel bleu d’azur sur lequel s’impriment entre les branches des images de l’observatoire du Ventoux. Il faudra atteindre la bergerie pour retrouver un peu de bitume avant de reprendre le sentier entre les chalets désertés, éparpillés sous les sapins, jusqu’au Chalet Reynard.

Instant de pause et d’intense réflexion : qu’allons-nous faire ? La neige bouleverse quelque peu le programme et, plutôt que d’essayer de rejoindre, par le Pas de la Frache, le Belvédère sur la route de Sault, dans cette neige épaisse, la sagesse du groupe et de son guide l’emporte. Nous allons reprendre la piste des Glacières en direction du Mont-Serein. Les traces de roues des engins passés par là permettront de cheminer plus aisément, en profitant du panorama sur la plaine du Haut-Comtat. Et l’heure du déjeuner sonne déjà : dans un virage de la piste (1483 mètres), au pied du Jas de la Fréchière, nous poserons nos sacs et nos postérieurs dans la neige... Et pour nous réchauffer, Francis nous a prévu de quoi fêter son anniversaire (le chiffre annoncé surprend tout le monde pour quelqu’un qui marche encore en culottes courtes !). Sans doute ces quelques larmes d’élixir ont-elles émoustillé nos compagnes qui bataillent et se vautrent (osons l’expression) dans la neige comme des gamines qu’elles sont encore, sans aucun doute, dans leurs têtes.

Une fois la neige bien remuée, gardant l’empreinte de nos joyeuses... randonneuses, songeons à redescendre. Le valat qui s’ouvre devant nous, vierge de toute trace, couvert d’une épaisse couche de neige, est moëlleux à souhait, les chaussures s’y enfoncent jusqu’aux chevilles. Où sont nos raquettes ? Bientôt nous reprendrons la Combe de la Grave. Peu à peu la couche neigeuse s’amenuise, feuilles mortes et cailloux commencent à apparaître. Un point de situation, à nouveau, sur la carte, au croisement avec la Combe Sourne : nous sommes dans la bonne direction ! Ainsi allons-nous rejoindre par cette descente paisible le Jas de Serre (1020 mètres), après avoir repris le GR 91B. Nous n’en sommes pas quitte pour autant : il nous faut retourner vers le Jas des Mélettes, notre point de départ du matin, en continuant sur ce même GR 91B.

Petite surprise, il nous faudra remonter de quelques dizaines de mètres de dénivelée car l’enchevêtrement des combes nous a fait descendre un peu plus bas que notre itinéraire de ce matin. Mais, que pèsent 130 mètres de dénivelée pour des marcheurs qui n’ont pas utilisé toutes les ressources de leur organisme avide de sensations ! En tout cas, cette fin de parcours se fait sur des chemins où la neige a beaucoup fondu car la température est redevenue printanière. Au poteau de Roussas, nous reprenons le chemin de l’aller, puis repassons devant le Jas des Mélettes... Bientôt les voitures enfoncées dans la neige ce matin apparaissent sur ce parking en bord de route qui est maintenant complètement dégagé.

Finalement, cette randonnée sans histoires nous aura permis, néanmoins, de parcourir près de 14 Km pour une dénivelée de plus de 600 mètres... Pas si mal compte tenu de conditions climatiques aléatoires. Et pour que cette journée puisse se clore sur une image originale, Henri emmènera le groupe au Belvédère pour y découvrir une œuvre d’art locale à découvrir avant de repartir vers Buis ou Vaison.

Gérard Langlois.

 

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.