Chemin des Abrigeaux

Index de l'article

Date : 24/02/2019
Difficulté : Facile
Accompagnateur : D. Fétisson
Coordonnées UTM :
Participants : 27
Départ : 31T 0660860 4900876
Longueur : 11,53 km Pique Nique :
Dénivelée : 402 m Difficulté IBP index : 42
Carte IGN TOP 25 n° :  
3040 ET
Position par rapport à Buis-les-Baronnies : 29 km O

 

Commentaires techniques :

Non

Compte-rendu :

En ce dimanche matin, le ciel est bien gris mais ce ne sont pas des nuages qui cachent le soleil mais une brume dense qui donne aux paysages cet aspect plombé. Cela ne décourage cependant pas les Randouvéziens puisque 27 d’entre eux se présentent au rendez-vous fixé sur le parking de la mairie de Roaix.

Daniel, qui sera notre guide du jour, va nous faire découvrir, pour certains, des sentiers jusqu’alors non visités et nous conduire sur le sentier des Abrigeaux.

Nous partons vers le nord en longeant le cimetière dépassons Les Peyrières, coupons le vallat de la Négresse, le ravin du Rabet, tout ceci en suivant le balisage d’un GR de pays et atteindre le bois des Abrigeaux. Faut-il voire là une variante du mot provençal « abriga » qui signifie « abriter » ?

Ce trajet nous a permis d’affûter nos mollets sur des montées assez courtes mais bien marquées mais quelques courtes pauses ont permis au rythme cardiaque de reprendre un cours plus apaisé…
Nous changeons alors d’azimut et nous dirigeons vers le sud vers la borne 395 où nous décidons de faire la pause repas. Passons sur les habituelles agapes randouvéziennes ! Soulignons néanmoins que la brume commence à se dissiper et que le soleil apparaît dans quelques coins mieux dégagés.

Puis nous rejoignons un sentier au nom évocateur : « Le sentier des amoureux » qui est en fait une assez longue descente dans un sentier plein ouest qui, à défaut d’amoureux, est fréquenté par des VTT et des motos transformant le sentier en ruisseau offrant quelques passages bien boueux malgré le temps sec que nous connaissons depuis plusieurs semaines. Certains contourneront cette flaque de boue en grimpant sur le talus très glissant, d’autres, moins aventureux ou moins effrayés par la boue n’hésiteront pas à y mettre les pieds sans l’ombre d’une hésitation !

Soudain, plus de brume et un soleil radieux nous accompagne en cette fin de randonnée. Puis, nous reprenons un azimut sud pour nous rapprocher de notre point de départ et passons par le lieu-dit « Roberty » puis passons en crête entre le ravin des Escaravailles et celui des Fouquesses pour atteindre le lieu-dit « Les vaches » et prendre un azimut est pour rejoindre Roaix où nous attendaient plusieurs évènements.

Sous le contrôle de Francis, notre serre-file officiel et ancien professeur d’éducation physique et champion de haut niveau, certains, arc-boutés contre le mur d’une maison proche du parking, faisaient quelques exercices pour décontracter les muscles des jambes qui avaient été mis à l’épreuve au cours de la journée. Le spectacle en étonna plusieurs dont notamment les joueurs de pétanque qui, tout proches, se demandaient s’il s’agissait d’un soutien providentiel à un contrefort pour éviter la chute du dit mur.

Puis nous nous retrouvâmes tous chez nos amis Éliane et Aymar pour le verre de l’amitié et la dégustation d’un délicieux gâteau au chocolat et aux châtaignes digne de tout Ardéchois qui se respecte.
Merci à Daniel pour nous avoir fait découvrir des paysages nouveaux bien plus attrayants sous le chaud soleil de la fin de journée et bien sûr à nos hôtes qui nous accueillirent si gentiment.

Guy Soubrier

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.