Montagne de Vaux

Index de l'article

Date : 04/04/2019  Difficulté : Très difficile 
Accompagnateur : G. Biojoux  Coordonnées UTM :
Participants : Départ : 31T 670651 4913812 
Longueur :

 19,4 km

Pique Nique : 31T 668955 4917619 
Dénivelée : 1150 m Difficulté IBP index : 107
Carte IGN TOP 25 n° : 3139 OT 
Position par rapport à Buis-les-Baronnies : 14 km NW 

 

Commentaires techniques :

Six randonneuses et randonneurs se retrouvent à Nyons au parking rive gauche de l’Eygues près du pont de l’Europe au point 31T 670651 4913812.

L’itinéraire emprunte au départ la balade sur le Devès, d’où rapidement nous dominerons Nyons et la vallée de l’Eygues, aval et amont. Le balisage du GR9® nous guide vers la Chapelle Notre-Dame de Réparat, le col et le Trou du Pontias, la crête de la Montagne des Vaux, puis nous « glissons » sur une descente délicate par ce temps pluvieux jusqu’au col des Vaux, ou de Vaux (720 m), puis passons au col Flachet, le long du ravin du même nom.

Au point 31T 667886 4919328 (alt. 504 m) en atteignant le bord de La Sauve, nous quittons le GR9® qui traverse la Combe de Sauve pour grimper sur la Montagne de la Lance.
Par un virage dans les rochers au dessus de la rivière, nous rejoignons le sentier qui remonte le ravin de Sigalette jusqu’à l’altitude de 673 m et descend jusqu’au « Trou des Belles » ou « Traou du Boli » et nous suivons le ruisseau de Grieux qui arrose plus bas Venterol ; c’est une variante du GR9® au balisage délavé.

Au niveau du poteau « Le réservoir » (alt. 450 m), nous nous dirigeons vers le cimetière (important parking), puis sur une petite route parallèle à la D506, nous descendons jusqu’au point 31T 667904 4916461 (alt. 382 m). Maintenant il faut remonter dans la Forêt Domaniale de Vaux et au point 31T 668644 4916500 (alt. 505 m), la route devient sentier orienté SE, d’abord montant, puis orienté Sud pour retrouver la petite route au point 31 T 669695 4915423 (alt. 411 m), qui nous ramène dans Nyons en traversant les célèbres oliveraies.

Nous avons marché pendant 5h58 à une moyenne de 3,25 km/h.
Si l‘on cumule les arrêts d’une durée de 2h45, la randonnée a duré 8h43, et la moyenne globale s’établit à 2,2 km/h.
La pente moyenne en montée est proche de 10% et 12,3% pour les descentes. L’index IBP calculé à partir de la trace est de 107, ce qui caractérise pour certains d’entre nous une randonnée très difficile, pour des personnes avec une préparation physique "moyenne". Cet index indique « l’effort consenti » ; il faut pondérer cette valeur par le critère de « technicité » qui s’apprécie en fonction de la difficulté du terrain : la marche sur des pentes en dévers, les descentes glissantes, etc … amplifient la consommation d’énergie, donc rendent la randonnée plus difficile pour une distance et une dénivelée données.
Merci Gérard pour ce parcours dans un secteur où Randouvèze n’avait pas marché depuis plusieurs années.

Georges Thouard.

Compte-rendu :

 Au départ de Nyons, le GR 9, botanique de surcroit, s'élève peu à peu et nous permet d'admirer toute la ville, située entre l'Eygues et la montagne de Vaux ou Veaux.
Au premier plan, la vieille cité avec la Tour Randonne, du XIIIe siècle, dernier vestige d'un château-prison. C'est au XIXe siècle que le curé de la ville fît construire la partie supérieure, ouvrage néo-gothique orné de personnages, qui fait la particularité de l'architecture de la cité, étendue, par la suite, au nord et à l'ouest, dans le respect des couleurs locales: tuiles grises et façades claires.

Le GR nous conduit jusqu'à la chapelle Notre Dame de Réparat. Au XIIIe siècle, elle dominait la ville et était dédiée à Saint Césaire (d'Arles). D'après la légende, c'est lui qui est à l'origine du Pontias, ce vent qui souffle tous les jours à Nyons, de 3 h à 9 h du matin (selon la saison). Pour assainir la vallée de l'Eygues, il aurait enfermé dans son gant un peu de brise marine et l'aurait libérée à Nyons (Pontos signifiant mer, en grec). Il semble avoir réussi car, depuis, on appelle Nyons le Petit Nice, pour la douceur d'y vivre et de son climat.

Ce joli GR se poursuit en sous-bois, montant régulièrement. A cause de goutte froide du début de semaine, on remarque, ici et là, quelques traces de neige sur les branches, qui embellissent le paysage. Mais rien ne nous arrête et nous voici sur la crête de Veaux (860 m). Angèle et Cougoir s'offrent à nous, couronnés d'une belle couche de poudreuse. A l'ouest, la vallée du Rhône est toute ensoleillée.

La descente est raide et glissante jusqu'au col de Veaux, où nous décidons de pique-niquer face au vieux village d'Aubres.
Nous sortons de la forêt et marchons maintenant sur des roches de safre jusqu'au ruisseau de la combe de Sauve. Evidemment, il faut remonter le long du ravin de la Cigalette, puis redescendre jusqu'aux eaux claires du ruisseau du Grieux.

Cette succession de montagnes russes est interrompue par un passage d'escalade au-dessus du ruisseau, qui demande toute notre attention.
Voici enfin les premières maisons de Venterol, au lieu-dit "le Réservoir". Un peu de bitume, puis une jolie piste à travers l'oliveraie de Nyons nous ramène en ville.

Claudine Elbaz 

Vous avez trouvé une erreur ou faute de frappe ? Sélectionnez la et appuyez sur Ctrl + Entrée.